Cyberintimidation et éducation aux médias

Ce billet a été motivé par le commentaire d’un fait divers qui a interpellé ma communauté Twitter. Les faits sont les suivants : un groupe d’enfants du primaire montent un groupe Facebook dans le but de diffamer l’une de leurs enseignantes. Les propos sont offensants au point de mettre en péril la réputation de l’enseignante.

Cet épisode sert de démonstration à l’importance de l’éducation aux médias pour prévenir ce genre de situation.

Or le rapprochement entre intimidation (certes, réalisée par un outil du Web 2) et éducation aux médias me rend chroniquement mal à l’aise, car, sans être insensé, une telle approche de la situation est réduite, et donc réductrice. Car finalement on y aborde seulement ce qui se trouve à l’intersection, dans le schéma ci-dessous. L’éthique n’est abordée que sous l’angle de l’éducation aux médias ; et l’éducation aux médias y est réduite aux dangers des médias.



Dans cet épisode regrettable d’intimidation d’un enseignant, il y a deux choses à bien distinguer : la dynamique qui pousse des jeunes à écrire des horreurs sur l’un de leurs enseignants ; et le fait que la technologie (en l’occurrence Facebook) permette de partager du contenu avec le monde entier.

Je gage que l’éducation aux médias, ne changera rien à la dynamique négative entre jeunes et enseignant. Changer cette dynamique nécessiterait des mesures d’un autre ordre -une médiation, et plus largement, à l’échelle de l’institution scolaire, l’examen des statuts respectifs du rôle de l’enseignant et de l’élève dans un monde où le savoir est distribué plutôt que thésaurisé. Pour prendre un exemple parlant, je soupçonne qu’il y a statistiquement moins de cas de (cyber)intimidation dans les écoles de type Montessori (Steiner, etc.) que dans les écoles « classiques ».

Oui mais, diront certains, l’éducation aux médias permettrait au moins d’expliquer aux jeunes comment de telles traces technologiques risquent de compromettre leur futur.

Deux choses me gênent dans cet argument :

1/ le fait qu’on essaye finalement d’expliquer à des jeunes qu’ils devraient arrêter de victimiser quelqu’un parce que ça pourrait se retourner contre eux. (Soit, je suis sûre que cela serait fait en concurrence avec une prise de conscience de l’impact sur la victime, mais si cela est fait sans médiation, j’augure mal).

2/le fait que dans la tête de beaucoup de gens, l’éducation aux médias consiste avant tout à mettre l’accent sur ce qui peut aller mal avec l’usage des technologies, plutôt que de pointer les jeunes vers des avenues enrichissantes que leurs pratiques récréatives ne leur avaient pas encore fait découvrir. Si l’on reprend le schéma plus haut, pour beaucoup de gens, l’éducation aux médias n’est que l’intersection.

Le problème est qu’il est bien plus facile de former les enseignants aux dangers du Net, relativement bien circonscrits et repérés (et qui requiert une compréhension superficielle des applications), plutôt que de les former à une utilisation créative du Web dans un contexte pédagogique ; cela nécessite une réelle appropriation des technologies, en même temps qu’un investissement émotionnel. Et oui : pour comprendre comment marche Twitter, il faut l’utiliser, se créer des relations, s’engager dans d’authentiques échanges ; pour comprendre comment des données personnelles stockées sur Facebook sont vulnérables, il suffit d’en lire la politique de confidentialité.

Il est essentiel que lorsqu’on se trouve face à un cas de cyberintimidation, on ne réduise pas cela à un manque d’éducation aux médias. La technologie reste un moyen -ici un moyen de révéler un dysfonctionnement interrelationnel-, et l’éducation aux médias devrait pécher par enthousiasme, plutôt que de s’attacher à être un exhaustif musée des horreurs.

Publicités
Cet article, publié dans Cyberintimidation, Education aux médias, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Cyberintimidation et éducation aux médias

  1. Réflexion intéressante. Je vais réfléchir à ce que vous dites à propos de l’éducation aux médias… C’est vrai qu’il est plus facile de former les enseignants aux dangers qu’aux utilisation créatrices. D’un autre côté, il y a tellement plus que ça dans l’éducation aux médias. Votre schéma est aussi parlant. Cette situation est, à mes yeux, beaucoup plus le résultat d’un manque de jugement et de savoir vivre qu’une question de médias.

    Petite précision, les étudiants n’ont pas créer de groupe, ils ont carrément ouvert un compte en usurpant l’identité de l’enseignante…

    PAt 🙂

    • ernynewton dit :

      Merci pour la précision, Patrick… Usurper l’identité de l’enseignante n’est effectivement pas anodin, il indique sans équivoque une volonté de nuire gravement et délibérément. Je ne sais quelle a été la réponse de l’école dans ce cas précis, mais généralement ce genre d’incident se solde par l’explusion des élèves pour une durée plus ou moins longue en vertu du principe de « tolérance zéro ». Je fais régulièrement des présentations sur la cyberintimidation, et je n’ai à ce jour pas rencontré d’école qui ait assorti la tolérance zéro d’une réelle médiation. Les écoles semblent considérer que ce serait désavouer l’enseignant que d’organiser un face à face entre les protagonistes (autre que pour présenter des excuses).
      Le problème de la cyberintimidation, on le répète souvent, est que les moyens technologiques cachent à leurs auteurs le réel impact de leurs actes sur la victime (voir Willard). Il est particulièrement ironique que dans leur réponse au problème, les écoles évitent soigneusement d’aborder cette dimension interrelationelle.

  2. Ping : Twitted by mariehlabory

  3. Ping : Twitted by gauviroo

  4. L’évènement est récent (cette semaine!). L’école et la Commission scolaire n’avaient pas encore réagi lorsqu’on m’a informé de la situation et questionné jeudi…

    PAt 🙂

  5. Ping : Les ados et la planète Internet | Mario tout de go

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s